Viviane GRANIERI
Maître Praticien en PNL - Hypnose - EFT - Rebirth
Ashtanga et Kundalini Yoga - Psycho-Somatothérapeute - Coach de Vie - Coach Mental - Lyon - Valence - Saint-Etienne

La Méditation à Valence (Drôme) - Lyon - Annonay

Horaires séances Méditition

 

Mercredi :

11h15- 12h15 - Burdignes

 

Samedi :

11h30 - 12h30 - Burdignes

 

La méditation est une pratique mentale qui se centre sur la contemplation et la réflexion intérieure, le but étant d'entrer dans un état modifié de conscience propice à une réflexion pure, non troublée par des éléments extérieurs.

Empruntons à Osho Rajneesh les lignes suivantes, extraites de "Techniques de méditation".

  • "Méditer c'est simplement être, sans activité, sans pensée, sans émotion.
  • La méditation est un tel mystère que l'on peut l'appeler une science, un art et un tour de main.
  • La méditation n'est pas réservée aux moines ou aux personnes qui ont perdu la joie de vivre.
  • La méditation n'est pas de l'introspection ; l'introspection est une réflexion à propos de ce que l'on fait.
  • Toute méditation doit respecter trois points essentiels : relaxation, observation, neutralité.
  • Le secret pour méditer est d'ôter aux activités ce qu'elles ont d'automatique ; la vie toute entière devient alors méditative. En perdant la rigidité mentale, on devient réceptif.
  • Dans la méditation, il faut être patient et surtout pas avide de résultats".

Pourquoi méditer ?

Dans "La voie de la méditation", Saï Baba écrit : "Si l'homme désire transformer sa vie intérieure comme extérieure en une vie de splendeur, la méditation est la meilleure discipline spirituelle qu'il puisse adopter [...].Il ajoute : "C'est uniquement par la méditation que les grands hommes et les sages ont contrôlé leurs activités mentales".


Phases de la méditation :

Cinq phases sont traditionnellement reconnues :

  1. concentration,
  2. méditation proprement dite,
  3. contemplation,
  4. illumination,
  5. inspiration.

Les obstacles à la méditation

  1. L'ego (identité artificielle ou personnalité)

    La psychologie enseigne que seules les personnes ayant un fort ego peuvent gagner la bataille de la vie ; l'homme humble est écarté de la compétition générale et  relégué aux rangs inférieurs de la société. De telles prémisses ont logiquement abouti à la mise en place d'une culture globalement axée sur la production de personnalités égocentrées et ambitieuses. La réussite provoque une telle enflure de l'ego que celui-ci devient un barrage insurmontable dans la voie méditative.

    A l'opposé, l'homme qui se considère comme un raté a peur de tout, il n'ose s'engager dans rien et certainement pas dans la découverte du Soi (le Soi est le Moi réel).
     

  2. Les bavardages incessants du mental

    Les pensées dans le cerveau se succèdent obstinément, certaines sont pertinentes, d'autres creuses et épuisantes. Le trafic est permanent. La raison humaine est capable de réduire n'importe quoi en verbiage. Dans un tel état, il est impossible de méditer. Méditer signifie vivre sans langage, de manière silencieuse. Quand une certaine paix descend sur soi, il ne faut surtout pas verbaliser, cela détruirait instantanément le moment de grâce. Le processus de la pensée est une activité du mental inférieur ; il ne s'arrête pas automatiquement en méditant ; pour freiner cette activité, la meilleure technique est le ralentissement de la respiration : celle-ci doit être silencieuse et se faire dans la partie supérieure du thorax. Il faut apprendre à percevoir sans formuler.

"La tendance de beaucoup d'aspirants, pendant la méditation, est de s'occuper de leurs défauts, de leur incapacité à dominer le mental, alors que ces aspects de leur effort seraient facilités s'ils concentraient leur attention sur la construction de formes-pensées... Beaucoup de formes-pensées construites par l'aspirant pendant la méditation sont perdues à causes de l'état chaotique et tumultueux de son corps émotif" ("Traité sur la Magie Blanche" du Maître D.K à travers Alice Bailey).

Pratiquer la méditation c'est se rapprocher au plus près de soi, sans autre objectif que vivre l'instant présent. 
Les bénéfices de la Méditation sont multiples. Dans notre société occidentale, son principal bienfait concerne la gestion du stress, de l'anxiété, des troubles panique et du surmenage physique et intellectuel.
Elle permet d'apaiser le mental, de contrôler le flux de ses pensées. De ce fait, elle peut être utilisée dans le traitement des phobies, dans les troubles du comportement, car elle agit principalement sur les problématiques liées à l'instabilité émotionnelle.
Elle permet aux personnes submergées par leurs pensées négatives de se recentrer et de trouver un ancrage nécessaire à la prise de recul.

COMMENT MEDITER ?

Rien n'est plus simple que "méditer". Et pourtant il s'agit d'une véritable prouesse pour les personnes dont le mental est actif, voire hyperactif.

Principales étapes d'entrée en méditation :

1/ Décidez en "conscience" du moment dans la journée et de l'horaire les plus propices pour installer cet espace de méditation. Vous devez dans la mesure du possible pratiquer chaque jour au même moment. Commencez par méditer 5 minutes le premier jour en augmentant ce temps de 2 minutes dans les jours qui suivent jusqu'à ce que vous arriviez à 20 minutes. Respectez ce temps ensuite sans le changer.

2/ Choisissez la pièce qui vous semble la plus adaptée en terme de calme, température, énergie ressentie.

Cette pièce doit être éclairée avec des lumières indirectes, à l'ambiance tamisée et douce si vous choisissez de pratiquer la nuit.

Vous pouvez parfumer votre pièce de méditation avec des huiles essentielles ou de l'encens naturel, sans exagérer car l'encens peut provoquer des maux de tête.

3/ Installez un coussin de méditation rond et ferme au centre de la pièce, vide de préférence ou agrémentée de bouddhas et autres symbôles bouddhistes. Vous en trouverez dans les boutiques spécialisées à un prix raisonnable.

4/ Puis asseyez-vous sur votre coussin, le bassin posé sur l'avant du coussin afin qu'il soit au-dessus de vos genoux, la colonne vertébrale légèrement cambrée.

Croisez les genoux. Si vous avez mal, vous pouvez tendre les jambes.

5/ Vérifiez que vous êtes bien confortable, c'est essentiel pour profiter de votre séance, la douleur étant un frein qui crée des tensions dans le corps et l'esprit.

6/ Puis posez vos mains soit au centre de vos talons repliés, une main sur l'autre paume en l'air, la main gauche sur la droite pour les femmes et la droite sur la gauche pour les hommes, soit sur vos genoux pouce et index en contact, les autres doigts tendus, en posture de Gyan Mudra.

Allongez votre colonne vertébrale. Imaginez un fil invisible qui vous relie du pubis jusqu'au sommet du crâne en montant tout droit le long du canal central appelé "sushumna", situé le long de la colonne vertébrale; imaginez un crochet attaché au-dessus de votre crâne au niveau de la glande pinéale (7ème chakra) sur lequel est accroché un câble qui vous étire vers l'infini. Ainsi votre colonne vertébrale est verticale. Vous devez la garder dans cette verticalité pendant toute la séance.

7/ Puis fermez les yeux ou si vous préférez, gardez-les mi-clos, le regard dirigé vers le bas légèrement en avant, de façon naturelle, le menton légèrement appuyé vers le bas, en contact avec le cou, sans casser la nuque et les épaules totalement abaissées.

Vous êtes maintenant prêt à entrer dans votre "espace intime" de méditation.

8/ tout d'abord, il est important de ne pas chercher à faire quelque chose, laissez-vous entrer tout doucement dans un état intérieur de plus en plus profond, sans forcer, par votre seule présence, dans l'ici et maintenant. Ressentez votre souffle et la manière dont vous respirez : plutôt en haut au niveau de la poitrine, ou plutôt en bas au niveau de l'abdomen. Ressentez simplement et continuez de respirer de façon spontanée, sans réfléchir.

Soyez attentif(e) à vos sensations internes, à vos battements cardiaques, aux émotions présentes. Ne cherchez pas à les modifier ni à faire quoi que ce soit.

Soyez simplement là, maintenant.

9/ Portez maintenant votre attention sur les pensées qui arrivent sur votre écran mental. Quelles sont-elles ?

Visualisez ces pensées comme si vous étiez devant un écran de cinéma et laissez-les défiler, simplement, sans chercher à les arrêter ni à les modifier.

Puis portez votre attention sur votre respiration. Progressivement elle devient consciente et maîtrisée mais sans forcer, sans vouloir.

imaginez une vague qui monte le long de votre dos à partir du pubis. Cette vague est puissante, elle s'ouvre en montant au niveau de votre cage thoracique. Voyez-la s'ouvrir et écarter vos côtes doucement, puis de plus en plus largement tandis que votre ventre se relâche vers l'avant. Essayez de tenir 7 secondes en ouvrant de plus en plus largement les côtes sur les côtés comme deux portes battantes qui s'écartent.

Puis la vague redescend le long de votre dos en se dirigeant vers le périnée. En descendant vos côtes se referment lentement et votre ventre se creuse, le nombril poussé vers l'arrière vient comme rejoindre la colonne vertébrale. Votre périnée remonte. Contractez les organes génitaux et l'anus et maintenez cette tension jusqu'au bout de l'expir qui peut durer plus de 10 secondes.

Restez concentré sur votre souffle. Pour calmer le mental et les pensées qui affluent, vous pouvez compter à l'inspir et à l'expir. Vous amenez ainsi vos pensées sur un support. Visualisez maintenant les battements de votre coeur et ressentez comme celui-ci ralentit au fur et à mesure que votre expiration est plus longue.

Pratiquez cette respiration consciente plusieurs minutes puis expirez plus loin, poumons vides comme si vous vous enfonciez dans le sol au niveau du périnée. Vous ressentirez progressivement une sensation de bien-être au niveau du plexus solaire. Soyez patient et acceptez ce qui se passe en vous.

Soyez bienveillant et à l'écoute des moindres sensations, même désagréables. Laissez-les se transformer progressivement. Ayez confiance