Viviane GRANIERI
Maître Praticien en PNL - Hypnose - Rebirth
Ashtanga/Kundalini Yoga - Psycho-Somatothérapeute - Coach de Vie- Coach Mental
Lyon - Valence - Saint-Etienne

Méditer c'est vivre l'instant présent, s'abandonner et ressentir ses sensations internes et ses émotions.

Rien n'est plus simple et pourtant peu y parviennent.

Pourquoi me direz-vous ?

Parce que le mental est sans cesse aux commandes et qu'il veut tout contrôler.

Ce contrôle se traduit par l'affluence de nos pensées qui viennent remplir notre écran mental de façon automatique tout ceci parce que le cerveau a horreur du vide.

Nous sommes programmés pour penser de façon inconsciente la plupart du temps même si nous avons le sentiment de maîtriser nos pensées. L'inconscient est mille fois plus puissant que l'esprit conscient. Il gère nos émotions et nos sentiments, notre créativité et nos peurs, nos organes vitaux de façon automatique (la respiration, les battements du coeur, notre métabolisme).

Alors pourquoi est-il important de calmer nos pensées pour méditer ?

Pour ouvrir notre "conscience" et nous connecter à notre être intérieur par la "présence juste", vivant l'expérience de l'instant présent pour mieux ressentir notre corps et nos émotions, les accepter telles qu'elles sont et vivre la plein conscience et l'illumination.

Il ne s'agit pas d'arrêter nos pensées, d'ailleurs c'est presque impossible. Cette capacité est  accessible aux méditants expérimentés.

Vivre la méditation c'est comme  plonger au fond de soi pour explorer notre soi authentique.

Laissez-moi maintenant vous guider dans ce voyage hors du temps avec pour bénéfice un sentiment de plénitude et d'apaisement, un bien-être intérieur réel et une mise à distance des émotions qui nous submergent parfois.

 

Installez-vous maintenant dans un espace calme et confortable, bien chauffé, en portant des vêtements amples au niveau de la taille et des cuisses.

Choississez un coussin assez ferme, rond de préférable type coussin de méditation puis asseyez-vous légèrement en avant du coussin, les genoux repliés en tailleur. Le bassin doit se placer légèrement au-dessus des genoux afin de libérer les articulations des genoux. Si la position est douloureuse voire inconfortable, asseyez-vous sur l'avant d'une chaise les pieds bien ancrés dans le sol.

Maintenant, dans un silence total, amenez votre regard vers l'avant et légèrement en bas, les yeux  mi-clos.

Vous pouvez aussi fermer les yeux si cela est plus confortable et amener votre regard intérieur sur le bout de votre nez ou en haut entre les sourcils, au niveau du 3ème oeil.

Puis affichez un vrai sourire comme le faisait le "bouddha" et allongez votre colonne vertébrale jusqu'à ce qu'elle soit dans une verticalité parfaite, en maintenant une légère cambrure des reins, le menton légèrement appuyé vers l'avant mais sans casser la nuque. Puis relâcher vos épaules vers le bas.

Ensuite joignez le pouce et l'index au niveau de la pulpe pour former un cercel, les autres doigts sont tendus.

Déposez ensuite les mains paumes en haut sur les genoux. Vous pouvez aussi faire une coupe avec vos deux mains superposées l'une sur l'autre au niveau du pubis.

Puis commencer à explorer l'intérieur de votre corps, en commençant par entendre et ressentir pleinement les battements de votre coeur. Est-il rapide ou lent, régulier ou saccadé ? Observez pendant quelques minutes ce coeur qui bat.

Puis prenez une grande inspiration. Vos côtes s'écartent doucement et sans effort pour remplir vos poumons.

Maintenant prenez une profonde expiration et tenez-là pendant 10 secondes en prenant soin de vider totalement vos poumons, lentement, la cage thoracique se refermant sur l'intérieur. Restez poumons vides quelques instants et ressentez.

Laissez aller complètement vos muscles ainsi que votre souffle sans le retenir.

Puis laissez votre souffle se synchroniser naturellement avec votre état mental qui s'apaise doucement au rythme de votre souffle, sans le forcer.

. Concentrez-vous toujours sur votre rythme cardiaque qui va progressivement ralentir sous l'impact de l'expiration qui se fait progressivement plus longue et plus profonde. Vous êtes concentré sur votre souffle qui a un effet apaisant sur vos battements cardiaques. Le métabolisme de base s'apaise et les réactions du corps liées au stress quotidien s'apaise. Les allergies s'apaisent également sous l'impact du ralentissement métabolique et cardiaque.

Observez vos pensées qui passent devant votre écran mental comme si vous étiez devant un écran de cinéma, passif et observateur.

Elles passent simplement, ne les retenez pas, laissez-les passer comme des nuages qui passent dans le ciel.

Si vos pensées continuent de vous envahir je vous donne une astuce : comptez jusqu'à 7 à l'inspiration en ouvrant bien vos côtes puis jusqu'à 10 en expirant profondément tout en lâchant totalement les muscles de tout le corps.

Ainsi vos pensées seront canalisées sur le comptage et vous laisseront tranquille le temps de la séance.

Vous remarquerez avec la pratique que vous êtes plus stable intérieurement, plus calme et que quelque chose s'est apaisé en vous.

Les pensées qui vous submergeaient auparavant et vous empêchaient de dormir et d'être calme ont lâché prise.

Les ondes émises en état de méditation sont les ondes  Téta et alpha . Elles correspondent à un état de conscience modifié proche de la transe et de la relaxation profonde. Ce sont des ondes longues.

Pratiquez 5 minutes par jour pendant quelques semaines en augmentant de 2 minutes chaque semaine jusqu'à obtenir 20 minutes de pratique quotidienne. Choisir de méditer dans la même pièce et à la même heure en respectant le temps prévu sans le raccourcir ni le rallonger même si vous en ressentez l'envie.

Maintenant c'est à vous. je vous souhaite une belle méditation.

Je reviendrai dans quelque temps vous donner la suite de cet article.


Articles similaires

Réalisation & référencement   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion